L’unification Italienne

 

Système international : il n’y a plus de concert européen : modification de l’environnement politique. Les mouvements nationalistes prennent plus en plus force.

Atouts pour Cavour et pour la maison de Savoie : Italophilie de Napoléon III ; affaiblissement de l’Autriche (menacée en Allemagne et dans les Balkans, isolée après la rupture avec la R) et enfin, l’alliance avec Bismarck.

Acteurs :Intérêts (1859)

Piedmont unification italienne sous la maison de Savoie

F          Création d’une confédération italienne comme un satellite français. Révision des traités de 1815. Peur d’avoir toute l’Europe contre elle.

AU      Status quo territoriale

P          refuse à prendre positionF et la  question du Rhin

GB       gouvernement conservateur dès fév. 58maintient du status quo territoriale de 1815

R         ‘neutralité bienveillante’

 

Antagonismes

F et AU : AU  puissance conservatrice, anti-nationaliste qui la F veut déstabiliser

                 Fintérêts en Italie

Piémont et AUUnification italienne ayant le lombard-vénitien

Piémont et F Rome et la forme politique de la future Italie

 

Personnages

Cavour, Napoléon III, Bismarck,

Victor Emmanuel, Garibaldi, Mazzini

 

Thématiques

 

Cavour et sa vision d’unification

Cavour est un noble piémontais et genevois (par sa mère).

Voyages à Paris, Londres, à Genève : élargissement de son horizon intellectuel.

Grand parlementaire et grand diplomate. Il est réalisteil calcule froidement, sans être liée à aucun système, à aucune doctrine. Pragmatique, perspicace, fin, mais prudent. Courage, force de volonté, audace et rapidité de décision. Il a la clarté de vue et la prévoyance des enchaînements probables des événements. Il s’adapte aux possibilités du moment.

Intéressé aux questions économiques Chemin de fer, organisation bancaire, etc. libéralisme politique et économique pour réaliser son idéal national.

 

Dessein politique : L’Italie comme grande puissance constitutionnelle et libre sous la maison de Savoie.

 

Cavour n’a pas un programme : il se sert des circonstances favorables et travaille à les établir.

 

Pour y arriver besoin de l’appui d’une grande puissance :

GB       Préférence intime, mais politique extérieure réaliste et prudente  force maritime, pas terrestre

F          puissance militairela politique personnelle de Nap III (prestige) pourrait être utile à l’Italie

 

Les positions de Napoléon III en faveur de l’Italie environnement international favorable. Cavour sait pouvoir compter sur l’engagement français en cas de guerre contre AU (entrevue de Plombières).

 

1857 ‘Je suis convaincu que l’Italie formera un seul Etat don Rome sera la capital’

Cavour est mort en 1861. En 1870 Rome devient la capital de l’Italie

 

Cavour et Garibaldi : Cavour joue un double jeu à l’égard de Garibaldi : il l’encourage et il le surveille de telle sorte que les initiatives de Garibaldi se tournent au profit de la maison de Savoie et non pas des mazziniens. En fait, Cavour a peur d’être débordé par un homme qui peut devenir un instrument de Mazzini.

 

 

Les courants qui animent le mouvement nationaliste italien

 

Nationalisme républicain de Mazzini :

Mazzini s’est associé aux mouvements des carbonari, exilé depuis 1831 en Marseille et Londres.

Il veut reconstruire l’Europe en faisant coïncider partout l’Etat et la nation les peuples doivent  conquérir le libre exercice de leur souveraineté.

L’Etat doit être : 1. Unitaire, car le fédéralisme favorise les rivalités locales et affaiblit le gouvernement ; 2. Républicain car la souveraineté réside dans le peuple. pas de socialisme car la lutte économique est un non–sens.

L’Italie a la mission de frapper d’un coup les deux principales foyers de résistance à son unification : 1. Le Saint siègeobstacle ; 2. L’Autriche immobilité, symbole de l’immobilisme et de la négation du principe national.

 

Néo-guelfisme

1836 : Tommaseo concilier les principes religieux et l’idée nationale ;

1843 : Gioberti, prêtre piémontais, ex-mazzinien à l’exile, écrit ‘Primato d’Italia’réveil du national italiensans contester le rôle du Piedmont (le seul à avoir une vraie armée), le rôle de la papauté sera essentiel à l’unité italienne car le Saint Siège possède seul une force morale suffisante pour jouer un rôle d’arbitre et qu’il est le seule capable de garantir la stabilité de l’ordre sociall’Italie sous forme d’une confédération ayant à sa tête le Pape.

Après les mouvements de 1848, le Pape Pie IX embrasse une politique fort réactionnaire, qui va décevoir et affaiblir le mouvement néo-guelfistes.

 

L’unité sous la maison de Savoie

1857 :création de la ‘Société Nationale’ dont le slogan est : ‘L’Italie et Victor-Emmanuel’ alliance entre les républicains, les partisans d’une unification sous la maison de Savoie et des militants nationalistes  Adhésions : Garibaldi, Manin, La Farine. Propagande nationale.  Marginalisation du programme mazzinien de petites révoltes contre AU.

 

Forces pour : La maison de Savoie a pris part active dans les mouvements de 1848 ; Le Piémont est une monarchie constitutionnelle dans laquelle les libéraux de toute la péninsule trouvent refuge.

 

Forces contre : patriotisme municipal : des Etats qui se voient menacés d’être absorbés par l’Etat sarde résistance inégale;

L’existence de l’état pontifical : principe du pouvoir temporel est en jeu et pour le défendre  clergé et l’influence de l’église sur les masses + corps expéditionnaire français (depuis 1849)